Dorian Martinez : « la désinformation et le fatalisme représentent les deux plus grands dangers pour le sport et les sportifs »

By | 31/08/2014

Comme vous le savez sur ce blog nous parlons des actualités business, sponsoring, … des sports de neige et de glace.

Malheureusement, en pratiquant un sport à haut niveau, en organisant des évènements sportifs, en devenant sponsor ou en étant un club ou une fédération chacun risque de tomber ou d’inciter au dopage. Chaque personne ou chaque entité se doit d’être la plus professionnelle possible dans ses activités.
Une mauvaise lecture d’une notice de médicament, la pression d’un sponsor ou un mauvais conseil et une carrière ou une réputation peuvent s’envoler et des années de travail et de sacrifices peuvent être anéantis à cause d’une inattention, plus ou moins volontaire …

Le mot dopage est assez difficile à prononcer ou à entendre pour tous les amoureux de sport, et peu de gens se sentent concernés lorsqu’on en parle ou lorsqu’on parle de compléments alimentaires.

Pourtant des gens se battent pour que ces erreurs n’arrivent plus, c’est le cas de Dorian Martinez, fondateur de SPORT Protect. Interview :

Bonjour, est ce que vous pouvez vous présenter et présenter SPORT Protect ?

Je m’appelle Dorian Martinez, je suis psychologue et j’ai dirigé pendant une douzaine d’années le numéro vert national Ecoute Dopage.

Avec mon équipe, nous avons recensé des centaines de témoignages qui montrent que les questions de dopage et de mort subite concernent vraiment tous les sports et tous les sportifs quelque soit leur niveau ou leur âge. Malheureusement, derrière le téléphone, au fil des années, j’ai eu le sentiment que sur ces questions nous arrivions très souvent – trop souvent – après la bataille. Le mal était déjà fait… C’était rageant car, dans la plupart des cas, la diffusion d’une bonne information aurait permis d’éviter de nombreux problèmes…

Aujourd’hui, la désinformation et le fatalisme représentent les deux plus grands dangers pour le sport et les sportifs. La désinformation, parce qu’elle rend très vulnérables les sportifs, et le fatalisme, parce qu’il empêche la réalisation de toute action de valeur.

Peu de personnes savent en effet que, chaque année, en France, environ 600 sportifs décèdent brutalement sur les terrains de sports. Ce triste phénomène s’appelle la « mort subite du sportif » et bouleverse, du jour au lendemain, la vie de centaines de familles …

La très grande majorité des sportifs ignorent que 15 à 25 % des compléments alimentaires mis en vente contiennent des substances interdites par la législation antidopage…

Enfin, même les professionnels de santé peuvent se tromper lors de prescriptions ou de conseils car plus de 3000 médicaments français, dont la plupart d’usage courant, sont considérés comme dopants

C’est fort de ce constat de terrain que nous avons pu comprendre à quel point le manque de clarté de la législation antidopage pouvait nuire aux sportifs honnêtes. D’une certaine manière, nous avions le « code de la route » mais pas les « panneaux de signalisation »… Avec Damien Caldérini, un ami diplômé de l’ESSEC, nous avons alors décidé de créer SPORT Protect en 2005 pour informer et protéger l’intégrité des sportifs qui veulent se soigner et s’alimenter sans risques. SPORT Protect a commencé son activité par des travaux Recherche et Développement et a rapidement obtenu le statut de Jeune Entreprise Innovante ainsi que la certification ISO 9001:2008 pour l’ensemble de ses processus.

Aujourd’hui, SPORT Protect propose un programme de labellisation pour les marques de nutrition sportive qui veulent assurer l’innocuité de leurs produits aux sportifs et des applications pour les différents acteurs du sport (sportifs, professionnels de santé, fédérations, institutions, etc.)

Quels sont les processus pour la labellisation d’un produit ?

Nous avons mis en place un programme rigoureux qui se découpe en plusieurs phases :

1- Audit annuel des sites de fabrication
Les sites de production sont audités chaque année pour contrôler les processus de fabrication et maîtriser les risques de contamination croisée.
2- Analyses antidopage
Suite à l’audit, un plan d’analyses antidopage adapté aux particularités des références est mis en place.
3- Remise d’un rapport détaillé et engagement du PDG de l’entreprise.
Un rapport d’audit est délivré et précise si la référence est conforme à la norme antidopage NF V94-001 et au référentiel SPORT Protect.
L’engagement signé du responsable de l’entreprise sur la qualité de ses produits est disponible sur l’ensemble de nos supports (sites, applications)
4- Stockage sécurisé
Pour chaque lot mis sur le marché, un échantillon scellé est stocké dans un enceinte sécurisée pendant 4 ans. Il s’agit d’une sécurité supplémentaire qui permet d’apporter une garantie juridique aux sportifs.
5- Information des sportifs
Les sportifs peuvent repérer les références conformes grâce au label apposé sur le packaging des produits et au travers des applications.
6- Suivi et traçabilité
Chaque référence labellisée SPORT Protect fait l’objet d’un contrôle régulier et d’un suivi permanent.

On peut dire aujourd’hui que la lutte contre le dopage commence à rentrer dans les mœurs.
Les fabricants de médicaments vous voient d’un bon œil en se disant que vous êtes là pour protéger les sportifs ou alors au contraire se disent que vous êtes là pour nuire à leur marché ?

Il faut distinguer les fabricants de médicaments des fabricants de compléments alimentaires pour sportifs.

L’industrie pharmaceutique produit des médicaments pour soigner des personnes malades alors que les producteurs de compléments ciblent directement les sportifs.

En ce qui concerne notre base de données qui comporte plus 28.000 références pharmaceutiques, nous n’avons pas de contacts particuliers avec les laboratoires car nous avons accès à l’ensemble des références mises sur le marché chaque mois. Nous pouvons ainsi mettre à jour notre base de données pour fournir une information toujours actualisée aux sportifs.

Au sujet des compléments alimentaires, notre approche n’a pas plu à certains acteurs du marché qui ont vu SPORT Protect comme un empêcheur de tourner en rond. En effet, pendant 5 années, nous avons reçu des menaces et énormément de pression pour arrêter nos missions d’information et de protection. Un façonnier a même refusé d’ouvrir ses portes pour notre audit bien que nous ayons été mandatés par son propre client (la marque responsable de la mise sur le marché) qui n’a donc pas pu obtenir la labellisation …

Aujourd’hui, même si quelques marques préfèrent s’autolabelliser, le climat s’est apaisé et nous comptons 17 gammes différentes labellisées SPORT Protect.

sport-protect-anti-dopage-dorian-martinez-2

Vous travaillez avec des clubs, des athlètes et des fédérations. Qu’est ce que eux vous apportent et vous qu’est ce que vous leur apportez ?

Nous leur apportons des solutions sur mesure.

Par exemple, les athlètes peuvent accéder gratuitement aux applications SPORT Protect (www.sport-protect.fr) très facilement à partir de tous supports connectés. Ils peuvent ainsi s’informer très facilement. Nous avons conçu des applications PRO pour les sportifs de haut niveau qui bénéficient d’un accès avancé à nos applications et qui peuvent programmer des notifications pour toujours obtenir la bonne information.

Pour les clubs et les fédérations, nous avons développé un programme informatique qui permet de protéger l’ensemble des licenciés très facilement à partir du numéro de licence de chaque sportif. Ainsi, nous protégeons 100% des licenciés de la Fédération Française de Pétanque et de Jeu Provençal et de la Fédération Française de Rugby à 13. C’est une approche moderne qui permet à ces structures de s’assurer que chacun de ses licenciés a l’opportunité d’accéder à la bonne information, partout et tout le temps.

Est ce que malgré la crédibilité que vous apportez aux performances et la prévention que vous réalisez certains clubs ou certaines fédérations vous snobent et ont refusé de travailler avec vous ?

Disons qu’en France nous avons un système très politique, très administratif et peu dynamique …

Si vous n’avez pas vos entrées, les fédérations ne vous reçoivent même pas. Nous écrivons très régulièrement à chacune des fédérations françaises mais nous n’avons reçu que trois réponses : les deux fédérations citées précédemment et la fédération française de tennis qui a souhaité équiper les professionnels de santé encadrants la coupe Davis et la Fed Cup.

Dans des sports comme le ski, le snowboard, le hockey, le bobsleigh ou encore le patinage, l’endurance et la force sont primordiaux, les produits de récupération ou les compléments alimentaires sont monnaies courantes. Qu’est ce que vous conseillez à ces athlètes ?

Même si nous recevons de nombreuses demandes sur notre plateforme Sportif Info Service (www.sportifinfoservice.fr) nous n’apportons pas de conseils sur l’efficacité des produits. Ce n’est pas notre rôle.

En revanche, nous insistons sur deux points… Premièrement, se rapprocher d’un professionnel nutritionniste pour évaluer ses besoins réels. Deuxièmement, nous rappelons aux sportifs qu’ils sont toujours responsables à 100% de ce qui se trouve dans leur organisme.

Nous les orientons alors vers les références que nous labellisons.

Vous avez même un dispositif pour les organisateurs d’évènements. Dans la pratique amateur en retrouve quelque fois des cas de dopage, souvent par négligence, comment faites vous pour mettre en place ce dispositif ?

C’est assez simple en fait. Nous permettons à chaque organisateur d’offrir à l’ensemble des participants un compte SPORT Protect. Ainsi, nous créons un compte pour l’organisateur ainsi qu’un compte type qu’il pourra diffuser à tous les participants. C’est une façon de responsabiliser les organisateurs mais aussi de protéger la réputation de leurs épreuves. Au cas où un contrôle positif concernerait un des participants, ils pourront montrer qu’ils ont agit pour informer en amont de l’épreuve. Et puis, participer à sa manière à la prévention est, je pense, très gratifiant pour un organisateur qui défend les valeurs du sport.

sport-protect-anti-dopage-dorian-martinez

Si une fédération, un club, un team, ou des athlètes souhaite faire appel à vos services, comment doivent ils s’y prendre ?

C’est très simple, il suffit de nous envoyer un email à cette adresse : contact@sport-protect.fr

 

Un grand merci à Dorian Martinez d’avoir répondu à nos questions !

Vous pouvez retrouver Sport Protect:

Commentaires

Commente

One thought on “Dorian Martinez : « la désinformation et le fatalisme représentent les deux plus grands dangers pour le sport et les sportifs »

  1. Pingback: Dorian Martinez : « la désinf...

Comments are closed.