Nathalie Péchalat « je n’ai pas hésité quand Eurosport m’a contactée »

By | 05/12/2014

Nous avons rencontré Nathalie Péchalat, retraitée des patinoires depuis la fin de la saison 2014, lors d’un petit déjeuné organisé par Eurosport. L’ancienne patineuse est désormais consultante pour la chaine et commentera aux côtés de Géraldine Pons et Alban Préaubert les prochains championnats d’Europe qui se dérouleront à Stockholm (du 26 janvier au 1er février 2015) et les championnats du Monde de Shanghai du 23 au 26 mars 2015.

nathalie-pechalat-portrait-interview-consultante-championnat-eurosport-patinage-couple-glace-patinoire-geraldine-pons-logo

Quelle approche avez-vous de ce nouveau métier de consultante ?

J’essaie de toujours relever les qualités positives des patineurs, mais s’il y a des choses négatives je les dis aussi. Mais je pense que les gens qui sont sur Eurosport sont là pour apprécier de la qualité donc c’est bon de leur rappeler ce qu’il y a à voir même si ce n’est pas des couples qui gagnent des médailles aux championnats d’Europe ou aux championnats du Monde.

 

Est ce que vous avez quelques appréhensions avant de commencer comme consultante ?

Non pas du tout ! Je me fie pas mal à Géraldine Pons, la journaliste qui commente avec moi, qui donne le rythme des commentaires. Au début elle me faisait des signes pour parler, elle me guide, je me fie vraiment à elle. Moi je m’occupe de la partie technique voir historique des patineurs.

 

Vous pensiez devenir consultante avant la fin de votre carrière ?

Non … Même si j’ai toujours pensé faire des études pour avoir plus d’opportunités lors de ma reconversion, je ne me suis jamais engagée dans une voie plus qu’une autre. Mais je n’ai pas hésité quand Eurosport m’a contactée pour faire ça, parce que je ne le prend pas comme un travail difficile, j’ai l’impression de faire quelque chose qui fait partie de moi. Je n’ai pas d’appréhension, je me sens « chez moi », c’est d’ailleurs pour ça que j’ai accepté rapidement.

 

Vous aviez une liberté dans votre patinage, avec un style un peu audacieux, est-ce que vous avez gardé cette liberté de ton à l’antenne ?

S’il y a des choses à dire je les dirai, mais pas aussi librement : avant je parlais de moi, je pouvais me le permettre mais quand ça concerne les autres … moins ! Parce que ce que je dis les engage eux aussi.
Donc j’essaie d’être plus modéré dans mes commentaires : quand c’était moi je sais d’où « ça » vient, pourquoi on fait « ça », ce qu’on revendique, ce qu’on demande, pourquoi on est content, … etc Si c’est quelqu’un d’autre, je suis là pour commenter, donc je dis ce que je sais et ce qu’on peut dire. Je ne vais pas pousser les patineurs à faire des déclarations qu’ils n’ont pas envie de faire !

nathalie-pechalat-portrait-interview-consultante-eurosport-patinage-couple-glace-patinoire-2

Comme consultants TV, il y a Philippe Candéloro sur France Télévision, Gwendal Peizerat et vous sur Eurosport, est-ce que vous vous inspirez d’eux pour commenter ?

J’aime beaucoup Philippe, mais il a son style !  (Sourire) Il y a une différence de public entre France Télévision et Eurosport, sur Eurosport, les gens sont des connaisseurs. Ils ont envie d’apprécier la performance des patineurs, ils n’ont pas envie d’écouter des choses qui n’ont strictement rien à voir avec le patinage pendant les 4 minutes de programme. C’est ça que je lui reproche à Philippe : « Tais-toi ! Raconte tes conneries de petites culottes quand il n’y rien à dire. Mais quand on patine on patine ! » C’est un peu irrespectueux envers les patineurs, du coup pendant le programme je laisse les gens apprécier le programme, sans parler.

 

Y compris les petites remarques machistes qu’il peut lancer par moments ?

Ca me fait rire, ça ne me dérange pas. Mais qu’il le fasse en dehors de la performance des patineurs. Il est comme ça Philippe, mais France Télévision le prend aussi parce qu’il a une grande gueule et qu’on l’aime comme il est. Puis derrière cet aspect-là, c’est quelqu’un de très malin.

 

Pour vous, consultante, ce n’est pas juste une pige c’est quelque chose que vous aimerez faire sur la durée ?

Oui j’aimerais que ça s’installe dans la durée, ce n’est pas un hobby pendant 3 mois. Je verrai comme ça se passe mais comme je sors juste de la compétition donc je connais encore tous les compétiteurs. Pour bien commenter il faut se tenir au courant de ce qu’il se passe, avoir les tenants et les aboutissants de chaque couple, ce n’est pas juste commenter une performance.

Commentaires

Commente

Laisser un commentaire