Jean-Pierre Vidal : « essayer d’être juste »

By | 23/12/2014

Les fans des sports d’hiver sont capables de reconnaitre leur voix parmi tant d’autres, retrouvez les interviews de commentateurs et consultants d’Eurosport.
Aujourd’hui le champion olympique de slalom à Salt Lake City et consultant pour le ski alpin , Jean-Pierre Vidal !

jean-pierre-vidal-portrait-interview-consultant-eurosport-ski-alpin-alexandre-pasteur

Vous avez arrêté le ski en compétition depuis 6 ans, devenir consultant vous a permis de garder le contact avec la compétition ?

Le fait d’être sur place, d’aller sur les sites de compétitions, de pouvoir commenter c’est toujours de très bon moments, c’est agréable surtout quand on a vécu ça en tant que compétiteur, pouvoir le vivre en tant que consultant , c’est toujours de très bons moments.

Comment s’est passé votre rapprochement avec Eurosport et Alexandre Pasteur ?

En fait Alexandre Pasteur m’avait suivi toute ma carrière, donc des liens d’amitié se tissent pendant tout ce temps-là, puis lorsque j’ai arrêté j’avais une notoriété importante en étant champion olympique. A ce moment-là, il m’a proposé de venir faire des essais puis ça s’est fait comme ça. Au début c’est un métier qu’on découvre… donc c’est pas forcément évident… puis on s’améliore au fil du temps et des courses.

Justement en parlant d’amélioration, vous avez été conseillé  par Alexandre Pasteur ?

Oui, des conseils. Mais il faut s’écouter, se ré-écouter, écouter beaucoup de personnes qui commentent, il faut essayer d’être pragmatique, mais aussi d’être assez rapide et super concis : en ski alpin les épreuves sont courtes donc c’est obligatoire d’être rapide pour dire ce qu’il faut et au bon moment.

Qu’est ce qui vous plaît dans votre nouveau métier ?

Ce qui me plaît c’est le contact avec les athlètes mais aussi les émotions parce qu’on vit des trucs assez extraordinaires.

Ca ne vous manque pas trop le monde du ski ?

La compétition plus ou moins parce que c’est toujours excitant d’être dans un départ de coupe du monde. La joie de gagner est toujours extraordinaire mais il y  tellement de galères, de blessures, … c’est quand même super agréable d’être consultant dans ces conditions ! On vit un peu les mêmes choses par procuration et c’est quand même agréable !!

Ce n’est pas difficile de « juger » les performances de ceux avec qui vous skiiez il y a quelques années ?

Non, mais après il faut se mettre à la place des athlètes. Parfois les commentaires ne font pas toujours plaisir  donc il faut essayer d’être juste et c’est ce que j’essaie de faire, j’évite d’en rajouter ou de faire autre chose.

Quel est votre plus beau souvenir derrière un micro ?

Mon plus beau moment que j’ai eu à commenter c’est la victoire aux championnats du monde de Jean-Baptiste Grange, c’était un bel évènement. Mais aussi la course à Schladming où Marion Rolland devient championne du monde en descente.

 

Commentaires

Commente

Laisser un commentaire